BENI : Une femme de joie aux arrêts dans l’affaire attaque de la prison de KANGWAYI

Plusieurs civils auraient d’une manière ou d’une autre aussi facilité l’évasion à la prison de KANGWAYI il y a peu. La révélation vient du substitut de l’auditeur prêt de la cour opérationnelle qui cite par exemple une femme voisine de cette maison carcérale. Son péché est d'avoir héberger les assaillants à quelques heures de leurs salles opération.

Avant d’opérer cette nuit là, un émissaire des assaillants a été dans cette région la journée soutient le col KUMBU NGOMA qui précise que cet émissaire a déposé chez une femme de joie une meuleuse ainsi qu’un groupe électrogène qu’ils avaient utilisé pour casser les portes de la prison.

Cette femme de joie dont nous cachons l'identité est aussi aux arrêts apprend-t-on à l'auditorat militaire. A la même source d’ajouter qu’il est inadmissible aussi qu’un groupe électrogène soit déposé non loin de la prison sans attirer la curiosité de la garde de cette maison carcérale. Pour le moment, les enquêtes continuent avant l'ouverture du procès dans cette affaire.

COMMENTAIRES
LAISSE UN COMMENTAIRE